28.05.2020

Systematic assessment of venous thromboembolism in COVID-19 patients receiving thromboprophylaxis: incidence and role of D-dimer as predictive factors

Diagnostic Cardiology and metabolic diseasesHematology
Artifoni M et al
J Thrombosis Thrombolysis
This article is currently being translated into English, in the meantime you will find below its French version.

Main result

71 patients ont été inclus dont 61% d'hommes (âge médian 34 ans). 16 ont eu une maladie thromboembolique veineuse (MTEV) (22,5%) et 7 des embolies pulmonaires (EP) (7%) malgré le traitement anti-thrombotique prophylactique.
Les D-dimères à l'admission étaient significativement plus hauts chez les patients qui ont par la suite présenté une thrombose veineuse profonde (p<0,001). Les caractéristiques démographiques, les comorbidités, les symptômes, la sévérité et les autres paramètres biologiques étaient similaires chez les patients avec ou sans MTEV.
La valeur prédictive négative des D-Dimères à l'admission (<1.0 µg/mL) était de 90% pour la MTEV et 98% pour les EP. La valeur prédictive positive des D-Dimères à l'admission pour les MTEV était de 44% pour un taux ≥1.0 µg/mL et de 67% pour un taux de D-dimère ≥3 µg/mL.

Takeaways

Malgré la thromboprophylaxie, le risque de MTEV est élevé chez les patients atteints de Covid-19 hors soins intensifs.
Un taux de D-dimères supérieur à 1.0 μg/ml prédit significativement le risque de MTEV.

Strength of evidence Weak

- Dépistage systématique des Thromboses Veineuses Profondes
- Mais étude rétrospective
- Multicentrique (2), de petite taille (n=71)
- Biais de sélection sur les patients qui n'ont pas eu de Doppler durant l'hospitalisation et qui ont été exclus des analyses

Objectives

Déterminer l'incidence et les facteurs de risques associés à la maladie thromboembolique veineuse chez les patients atteints de Covid-19 sous thromboprophylaxie.

Method

Etude de cohorte rétrospective de patients hospitalisés plus de 48 heures hors soins intensifs pour pneumopathie à Covid-19 ayant bénéficié d'une thromboprophylaxie, dans les hôpitaux de Nantes et Châteaubrian.
Le diagnostic de l'infection à SARS-CoV-2 était fait par RT-PCR d'échantillon nasopharyngé ou imagerie typique au scanner throacique.

La thromboprophylaxie était considérée comme adéquate si elle était mise en place dans les 24h après l'admission et poursuivie toute la durée de l'hospitalisation. Elle se composait d'une injection journalière d'énoxaparine (posologie dépendante de l'IMC).

Réalisation systématique d'un doppler des membres inférieurs à la fin de l'hospitalisation ou avant si une thrombose veineuse profonde était suspectée.

Un angioscanner thoracique était effectué en cas de suspicion d'embolie pulmonaire.

bibliovid.org and its content are bibliovid property.

Legal Notice